Certains d’entre vous n’aimeront probablement pas cette stratégie. Imaginez mettre sur pieds à une stratégie musicale avant même de commencer à écrire un album. En fait, imaginez créer un album fidèle à votre plan marketing. En résumé: seriez-vous prêt à faire passer le marketing avant la création artistique?

C’est ce que le groupe New Yorkais Wu-Tang fait depuis quelques semaines. L’histoire de « Once Upon A Time In Shaolin » est de loin, plus importante que l’album en soi. Un album que nous n’entendrons probablement jamais. Celle-ci sort tellement de l’ordinaire que le magazine économique américain Forbes a fait voyager une équipe de journalistes à Marrakech (à 3 500 miles de NYC) afin d’en savoir davantage.

L’histoire en bref

– À une époque où la musique peut être copiée facilement, le groupe annonce un album double dont uniquement un exemplaire sera disponible.

– L’album sera vendu au plus offrant. On parle déjà d’offres de plus de 5 millions de dollars.

– L’album est caché dans les Atlas, une chaîne de montagnes qui s’étend sur le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

-Ça aura pris trois mois à dix hommes pour créer la boîte qui contient le CD.

Cilvaringz, le concepteur du projet parle d’une tournée des musées, où il sera possible d’écouter l’album (avec écouteurs) une fois, pour un montant d’environ 50$.

L’histoire a été pensée avant même l’enregistrement de l’album. Celui-ci existe-t-il vraiment? Va-t-on l’entendre un jour? Vaut-il 5 millions sachant que le groupe vie un déclin créatif depuis plusieurs années? Est-ce que Forbes est dans le coup? Beaucoup de questions, mais peu de réponses.

Ce que je sais par contre, ce sont les raisons du succès de cette histoire.

– Le produit est rare et il y aura une compétition afin d’en devenir propriétaire.

– L’histoire est mythique. Le Maroc, les chaînes de montagnes, l’emplacement secret.

– Nous pouvons voir dans la vidéo que le projet est endossé par nul autre que Richard Branson.

– L’histoire est tellement improbable qu’elle est partagée et repartagée.

– Le stimuli sensoriel est déstabilisant. Notre seul repère est l’objet dans lequel se retrouve l’album. Nous sommes loin de l’emballage en plastique.

– Forbes ajoute constamment à l’histoire avec des exclusivités lorsque celle-ci tente de disparaître.

Marketing génial.
Et la musique dans tout ça?
Seul le temps nous le dira.

Vous pouvez regarder le documentaire de 13 minutes et visiter le site de Forbes pour en savoir davantage sur cette histoire.

Un commentaire sur “Shaolin: quand le marketing passe avant la musique

  1. Très intéressant cette histoire, elle mérite d’être diffusée !

    Les artistes qui ont compris que faire précéder l’album d’un « planning » carré et d’une stratégie marketing intelligente donnait davantage de résultats, sont souvent ceux qui réussissent le mieux ! Hé oui… Savoir vendre est une compétence indispensable si elle n’est pas déléguée…

    Merci pour ce bon partage 🙂
    Artist On Air

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *