J’aimerais travailler pour Lana Del Rey

par Marc-André Laporte le 10/14/2012 · 1 commentaire

dans Mon point de vue

J’écris ceci très sérieusement. Quoi que je pourrais modifier le titre pour J’aimerais travailler avec Lana Del Rey ou encore même J’aimerais que Lana Del Rey travaille pour moi, au final ça revient à la même chose. C’est une équipe gagnante. Mise à part l’apparition à SNL, chaque coup promotionnel a été fait de façon impeccable jusqu’ici.

Disons les choses comme il se doit, qu’on aime où non la jeune musicienne, le positionnement est clair. En début d’année, les fans précoces de la chanteuse se sont sentis trahis lorsqu’ils ont appris qui était Lizzy Grant. Je vous évite l’histoire que vous connaissez déjà, mais après une période de test, lorsqu’un projet ne fonctionne pas, il est normal de le recréer et de le repositionner. Les artistes évoluent constamment tout au long de leur carrière. Avant Bob Dylan il y avait Rober Zimmerman et James Osterberg est devenu Iggy Pop. Les hipsters étaient peut-être moins sensible à cette époque.

Suite à ses performances sur scène qui s’améliorent au compte-gouttes, on a rapidement déclaré la mort de Lana Del Rey. Voilà qu’en quelques mois elle devient le visage de H&M et Jaguar. Elle passe de coqueluche des blogues à Femme de l’Année selon GQ Magazine. Elle sort un album de B-Sides exactement au bon moment et elle nous propose cette semaine un nouveau vidéo qui frôle la perfection. Il est difficile de rester indie quand on passe de New York à Hollywood si rapidement.

Pourquoi tant de réussite?
Parce que dès le premier instant, Lana Del Rey était une icône.

Le talent de Lizzy Grant est identique à celui de Lana Del Rey. Seule la façon de présenter le projet a été fait de façon différente. Les stratégies utilisées afin de faire connaître la chanteuse n’a rien de très secret.

- Elle a été découverte grâce à ce petit côté DIY. Nous sommes tous des voyeurs.
- Elle a une histoire controversée qui a débuté des années avant même le lancement de Born to Die.
- H&M est un autre marché. Blue Velvet est une reprise. L’un va très bien avec l’autre.
- Beaucoup d’énergie est mise sur les vidéos. Le format le plus partagé sur le Web.
- Elle met en vente le même album deux fois, avec des pièces bonus. Elle réussira à vous vendre le même album deux fois.
- Elle crée énormément de liens. Le chandail de Budweiser et le drapeau des USA sur la récente photo en sont la preuve. Ce sont deux icônes très fortes (je parle du concept dans ce texte sur le Conversational Capital).
- Gangster Nancy Sinatra. Trois mots. Essayez d’être plus clair en moins que ça.

L’équipe derrière elle sait exactement où elle s’en va et elle y arrive merveilleusement bien. Je ne serais pas surpris, tel que mentionné lors de son entrevue dans GQ, qu’elle devienne la première artiste vivante à tourner en hologramme. Ceci contrôlerait son anxiété sur scène.

Elle est la preuve que la ligne est de plus en plus mince entre l’artiste indie et la pop. Pour les intéressés, j’animerai le panel « Définir sa marque: confiner sa musique » lors de M pour Montréal où j’aurai la chance de parler avec des professionnels de l’industrie de la musique et de la pub. On va s’amuser sur le sujet.

Si Lady Gaga est excentrique, Lana Del Rey est la classe. Et comme Songza que tout le monde aime, elle est curated by professionnals.

{ 1 Commentaire… le lire ci-dessous ou en ajouter un }

Jude Lu octobre 16, 2012 à 09:23

Bonjour et merci pour ce sujet.
Juste, le lien « Définir sa marque » mène vers une page d’erreur (bien qu’on atterrisse sur le bon site) ;)

Répondre

Laisser un commentaire

Article précédent :

Article suivant :